La Fondation Ethos a été acceptée en tant qu’intervenant accessoire en soutien du Conseil d’administration dans le procès qui l’oppose devant le Tribunal de Zoug à la famille Burkard. Cette dernière a demandé l’annulation des décisions prises lors des dernières assemblées générales lors desquelles le conseil d’administration a décidé de limiter les voix nominatives de la holding familiale SWH à 5% du total des actions nominatives. Une année jour pour jour après l’annonce de la famille Burkard de sa décision de vendre sa participation dans Sika au concurrent Saint Gobain, Ethos confirme sa détermination à soutenir le conseil d’administration dans sa volonté de préserver l’indépendance de Sika.

C’est le 8.12.2014 que la famille Burkard a annoncé sa décision de vendre sa participation dans Sika qui correspond à 16% du capital et 52% des droits de vote. Depuis lors, la Fondation Ethos a mené différentes initiatives pour contribuer à empêcher cette prise de contrôle par Saint Gobain qui n’est pas dans l’intérêt à long terme des parties prenantes de Sika. En particulier:

  • Le 23.12.2014, Ethos et 11 actionnaires institutionnels ont déposé une résolution d’actionnaires à l’assemblée générale ordinaire du 14.4.2015 qui demande la suppression de la clause d’opting out.

  • Le 14.1.2015, Ethos a lancé un groupe de soutien à la résolution demandant la suppression de la clause d’opting out. Ce groupe a rapidement réuni 220 actionnaires institutionnels et privés. Les 12 actionnaires ayant initié la résolution et les membres du groupe de soutien ont finalement représenté 7% du capital et 4% des voix.

  • Lors de l’assemblée générale ordinaire du 14.4.2015 la résolution visant la suppression de l’opting out a obtenu 97% de soutien parmi les actionnaires non liés à la famille. Elle a malgré tout été rejetée, car la famille Burkard s’est opposée à la résolution et a pu utiliser la totalité de ses 52% de voix.

  • Lors de l’assemblée générale extraordinaire du 24.7.2015, Ethos a pris position contre les propositions de la famille Burkard qui demandait de modifier la composition du Conseil d’administration.

  • Le 8.12.2015, Ethos annonce avoir été accepté par le Tribunal de Zoug comme intervenant accessoire (au sens de l’art. 74 du Code de procédure civile) pour soutenir Sika dans le litige qui l’oppose à la famille Burkard. Ce statut permet dorénavant à Ethos d’avoir accès à toutes les pièces du dossier. Par ailleurs, Ethos peut faire valoir tous les moyens d’attaque et de défense ainsi qu’interjeter recours.

En tant qu’actionnaire à long terme de Sika, la Fondation Ethos a clairement intérêt à ce que Sika reste indépendante et ne passe pas sous le contrôle du concurrent Saint Gobain, comme ce serait le cas si la vente des actions de la famille Burkard avait effectivement lieu. Dans cette optique, Ethos soutient la décision du conseil d’administration de limiter les voix nominatives de la holding familiale SWH à 5% du total des actions nominatives lors de certains votes ayant eu lieu lors des dernières assemblées générales. Cette mesure a été prise conformément aux statuts de Sika.

Ethos a un intérêt prépondérant à ce que le Tribunal de Zoug statue en faveur du conseil d’administration, ce qui explique pourquoi la Fondation s’engage maintenant en tant qu’intervenant accessoire en soutien du conseil d’administration dans le litige qui l’oppose à la famille Burkard. La lettre adressée par le président du conseil d’administration de Sika aux actionnaires le 4.12.2015 présente clairement les différentes raisons pour lesquelles la prise de contrôle de Saint Gobain n’est pas dans l’intérêt de Sika. Ethos est confiant que le Tribunal de Zoug prendra en compte dans son jugement l’intérêt à long terme des parties prenantes de Sika.