Etude Ethos sur les assemblées générales 2017 : hausse de la contestation

La contestation des actionnaires a augmenté en 2017 : C’est la conclusion de l’étude annuelle d’Ethos sur les assemblées générales, les rémunérations et la gouvernance des sociétés cotées en Suisse. Globalement, 14% des résolutions ont obtenu moins de 90% de soutien de la part des actionnaires, contre 12% l’année précédente. Les actionnaires se sont montrés particulièrement critiques lors des votes en lien avec les rémunérations des instances dirigeantes. En parallèle à la publication de son étude, Ethos communique également ses attentes relatives au projet de révision du droit de la société anonyme qui est actuellement en cours de discussion au Parlement.

Oui à plus de transparence sur les mandats de conseil des Proxy Advisors (conseillers en vote)

La Bourse suisse SIX Swiss Exchange a mis en consultation une nouvelle disposition de sa directive concernant les informations relatives à la Corporate Governance. En l’occurrence, il s’agit d’obliger les sociétés cotées à publier le nom des Proxy Advisors (conseillers en vote) qu’elles ont mandatés pour effectuer des services autres que le conseil en vote. Dans ces cas, les montants des honoraires versés à ces Proxy Advisors doivent également être communiqués. Ethos est favorable à cette nouvelle disposition qui vise à lutter contre les conflits d’intérêt de certains conseillers en vote.

Assemblée générale Sika : Ethos renouvelle son soutien aux membres du conseil d’administration non liés à la famille Burkard

Lors de l’assemblée générale de Sika du 11.4.2017, la Fondation Ethos recommande de soutenir la réélection des 6 membres du conseil d’administration non liés à la famille Burkard. Ceux-ci s’engagent depuis plus de deux ans pour maintenir l’indépendance de Sika face à la prise de contrôle hostile de Saint-Gobain. En revanche, Ethos recommande de refuser la décharge ainsi que la réélection des trois membres du conseil d’administration représentant la famille Burkard (Urs Burkard, Willi Leimer, Jürgen Tinggren). En plus, Ethos recommande de ne pas élire le Prof. Jacques Bischoff, représentant de SWH, dont la candidature au conseil a été déposée par la famille Burkard après la fin du délai pour inscrire des points à l’ordre du jour de l’assemblée générale.

Ethos lance le premier indice boursier suisse consacré à la gouvernance d’entreprise

En marge de son 20ème anniversaire, la Fondation Ethos lance un nouvel indice boursier consacré à la gouvernance d’entreprise des sociétés suisses. En collaboration avec la Bourse suisse (SIX Swiss Exchange), Ethos publie l’indice « Ethos Swiss Corporate Governance Index » (ESCGI) qui tient compte des principaux critères de bonne gouvernance pour définir le poids des différentes sociétés qui le composent. Il s’agit du premier indice de ce type sur le marché boursier suisse. Il permet aux investisseurs de réduire la pondération des sociétés qui présentent un risque en matière de gouvernance.

Lignes directrices de vote d’Ethos 2017 : Nouvelles exigences de bonne gouvernance

La Fondation Ethos publie la 16ème édition de ses lignes directrices de vote et principes de gouvernance. L’édition 2017 prévoit notamment de ne plus accepter la présence de membres de la direction générale au sein des conseils d’administration de sociétés cotées suisses. Par ailleurs, il est aussi prévu de fixer à 20 ans la durée maximale du mandat de la société de révision, à l’instar de la pratique adoptée au sein de l’Union européenne. Concernant les autorisations d’émettre du capital à but général sans droits préférentiels de souscription, le montant d’une autorisation ne pourra dépasser 15% du capital émis au lieu de 20% jusqu’ici. Finalement, la décharge ne sera pas accordée aux instances dirigeantes notamment lorsque la société est en situation de perte de capital ou de surendettement.

Sika : Ethos salue la décision du Tribunal cantonal de Zoug

Ethos est très satisfait du rejet par le Tribunal cantonal de Zoug de la plainte de la famille Burkard qui l’oppose au conseil d’administration de Sika. Cette décision confirme le droit du conseil de limiter les droits de vote de la famille Burkard pour les votes liés à la vente de ses actions au concurrent Saint-Gobain. Cela permet de préserver l’indépendance de Sika comme souhaité par le conseil d’administration, la direction et la majorité des actionnaires dont Ethos. Au vu de l’importance de ce jugement pour Sika et pour la place économique suisse, Ethos maintient son statut d’intervenant accessoire dans cette procédure judiciaire au cas où la famille Burkard ferait recours contre la décision du Tribunal.

Etude Ethos sur les assemblées générales suisses 2016 : les limites de l’autorégulation

Les assemblées générales des sociétés cotées suisses restent marquées depuis deux ans par la mise en œuvre de l’initiative Minder qui prévoit le vote contraignant des rémunérations des instances dirigeantes et l’élection annuelle des membres du conseil d’administration. Ces dispositions ont fortement augmenté la pression sur les conseils d’administration. L’étude d’Ethos sur les 204 sociétés du SPI montre notamment qu’en matière de rémunérations, la transparence et la structure des systèmes de rémunération se sont sensiblement améliorées. Pour Vincent Kaufmann, directeur d’Ethos, « malgré ces améliorations, le montant absolu des rémunérations a progressé en moyenne de 2% en 2015 et reste souvent particulièrement élevé au regard des résultats réalisés ».

Sika : Ethos recommande de soutenir le Conseil d'administration lors de l'assemblée générale du 12.04.2016

Lors de l’assemblée générale de Sika du 12.04.2016, la Fondation Ethos s’oppose catégoriquement à la réélection des trois membres du conseil d’administration liés à la famille Burkard au conseil d’administration (Urs Burkard, Willi Leimer, Jürgen Tinggren) et à l’élection de Jacques Bischoff, le nouveau candidat proposé par la famille Burkard. En revanche, Ethos recommande de voter en faveur de la résolution du groupe d’actionnaires anglo-américains réuni autour de Cascade Investment qui demande une prolongation jusqu’en 2020 de la mission confiée aux trois experts indépendants nommés l’année passée.

S'abonner à Gouvernance