Se fondant sur une étude confiée à des spécialistes, il a été décidé de suspendre temporairement les investissements dans des entreprises du secteur agrochimique promouvant activement des organismes génétiquement modifiés (OGM) à travers le développement et la production de semences transgéniques. Ainsi, ethos. renonce par exemple à l’acquisition de titres Syngenta et Bayer. Cette suspension est dictée par le principe de précaution et sera révisée régulièrement.

Par contre, les investissements dans l’industrie agroalimentaire, tels que dans Nestlé ou Unilever, seront poursuivis en tenant compte des enjeux soulevés par les OGM en termes de développement durable. Des critères spécifiques à la problématique OGM compléteront l’analyse des sociétés concernées.

Par ailleurs, une attention particulière sera accordée à un dialogue actif et au soutien de résolutions d’actionnaires portant sur les OGM. Ainsi, par exemple lors des assemblées générales de General Mills et Procter & Gamble, ethos. a voté en faveur de résolutions demandant aux sociétés d’adopter une politique permettant d’identifier et d’étiqueter tous les produits alimentaires qu’elles produisent ou vendent pouvant contenir des OGM. Ces résolutions ont recueilli environ 9% des voix, alors qu’en 2000, des résolutions similaires n’avaient obtenu que 4% des suffrages.