Ethos et six institutions de prévoyance suisses créent un programme de dialogue avec les entreprises cotées à l’étranger, l’Ethos Engagement Pool International (EEP International). Suite au succès du programme de dialogue avec les entreprises cotées en Suisse, l’objectif est d’étendre les activités de dialogue au niveau international. En se regroupant, ces institutions cherchent à sensibiliser les entreprises, afin qu’elles adoptent les meilleures pratiques en matière de gouvernance et de responsabilité sociale et environnementale. 

Etendre le dialogue aux sociétés cotées à l’étranger

En tant qu’investisseurs à long terme, les institutions de prévoyance ont intérêt à engager le dialogue avec les sociétés dont elles sont actionnaires pour qu’elles respectent les règles de bonne pratique en matière de gouvernance et assument leur responsabilité environnementale et sociale. Cela permet de réduire les risques de dysfonctionnement de ces sociétés et contribue à leur valorisation à long terme. Depuis douze ans, Ethos assure un tel dialogue avec les sociétés cotées en Suisse dans le cadre de l’Ethos Engagement Pool (EEP) qui compte aujourd’hui 130 institutions membres.

Six institutions de prévoyance (voir liste ci-dessous) représentant une fortune globale d’environ CHF 15 milliards ont décidé d’étendre avec Ethos ce dialogue aux sociétés cotées à l’étranger en créant l’EEP International. L’objectif est d’agir de manière groupée par deux moyens complémentaires. Premièrement, les membres de l’EEP International prévoient de se joindre à différentes initiatives collectives lancées par des investisseurs institutionnels de différents pays. Deuxièmement, un engagement direct sera effectué par Ethos au nom des membres du pool auprès de quelques grandes sociétés européennes choisies en fonction de la pertinence des thèmes de dialogue. Dans les deux cas, le regroupement d’investisseurs institutionnels permet d’atteindre une taille critique qui contribue à sa reconnaissance par les entreprises comme un partenaire de dialogue sérieux.

Fabrice Merle, directeur de la CIEPP, la première institution à avoir décidé d’adhérer à l’EEP International, précise : « Je suis persuadé de l’efficacité du dialogue et de l’impact du soft power pour obtenir de réelles avancées en matière de responsabilité environnementale et sociale. Nous sommes fiers de pouvoir accompagner Ethos, notre partenaire, dans le développement de ce dialogue à l’international ».

Soutenir des initiatives d’engagement collectif

Ethos participe depuis de nombreuses années à des regroupements internationaux d’investisseurs et bénéficie d’un réseau important dans ce domaine. A titre d’exemple, suite à l’effondrement d’une usine de textile au Bangladesh en 2013 causant la mort de plus de 1’100 personnes, la Fondation Ethos a rejoint une coalition de plus de 200 investisseurs. Ceux-ci ont formulé plusieurs demandes collectives adressées aux grandes sociétés du secteur textile leur demandant de mettre en place des règles minimales de respect des droits humains dans leur chaînes d’approvisionnement. Trois ans après l’accident, des améliorations ont été constatés et plus de 1600 audits des principales usines ont été effectués (http://www.iccr.org/iccrs-bangladesh-initiative). La liste des initiatives d’engagement collaboratif international auxquelles Ethos participe est fournie dans le rapport annuel d’Ethos.

Pour Vincent Kaufmann, directeur d’Ethos, « la création de l’EEP International permettra aux institutions de prévoyance de bénéficier du réseau international d’Ethos pour soutenir des initiatives d’engagement collectif international. Parallèlement, elles obtiendront une information détaillée sur le suivi et l’impact de ces initiatives ».

Assurer la cohérence entre les activités de dialogue et les investissements             

Afin de permettre aux membres de l’EEP International d’assurer la cohérence entre leurs activités de dialogue et leurs placements, ceux-ci bénéficient d’un accès aux évaluations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) d’Ethos pour plus de 1’600 sociétés non suisses par le biais de la plateforme électronique d’Ethos. Cela inclut des informations spécifiques sur les controverses majeures au niveau des droits humains et de l’environnement naturel, ainsi que sur l’exposition des titres à des secteurs d’activité sensibles (armement, énergie nucléaire, exposition aux énergies fossiles, tabac, OGM,…). Ce type d’informations permet de faire le lien entre la qualité des titres en portefeuille et les activités de dialogue, ce qui peut conduire à modifier leur pondération, voire à exclure certaines sociétés des portefeuilles.

Membres fondateurs de l’EEP International (par ordre d’adhésion) :